liens de notre site :

  Accueil KA

  Infos utiles C-K/Loc'

  Sorties Orge

  Sorties Juine

  Sorties Essonne

  Sorties Mauldre

  Sorties Eure

  Sorties Yerres

  Sorties Loir

  Sorties Loire

  Autres liens utiles

  Location Kayaks IDF

Louez vous aussi vite un de nos canoes kayaks et partez à l'aventure comme nous ! (photo d'une de nos sorties sur la rivière Mauldre)
Louez vous aussi vite un de nos canoes kayaks et partez à l'aventure comme nous ! (photo d'une de nos sorties sur la rivière Essonne)

 
Kayak Alex (KA) - Les infos utiles pour vous lancer en Canoë-Kayak en eau calme



De quoi avez-vous besoin pour partir sur l'eau ?


Avec nos offres de locations : juste de barres de toit installées sur votre véhicule !
Si vous n'en avez pas, regardez ces 3 liens et vous devriez y trouver votre bonheur pas cher :
- Chez Amazon
- Chez Ebay
- Sur LeBonCoin

+ prendre le temps de lire l'intégralité de cette page !!




Quand partir sur l'eau ?


Toute l'année pour les plus courageux et courageuses ! Sinon on attendra que les températures passent la barre des 16° : c'est à partir de ces températures sur des journées ensoleillées que les sorties deviennent agréables. En dessous de celles-ci il faut prévoir un équipement adapté (combinaisons etc.).
Dans nos régions les périodes les plus propices restant le printemps et l'automne (température, niveaux d'eau), en été on se méfiera des années sèches qui abaissent les niveaux des rivières.



Règles de sécurité


- Savoir nager au moins 25m en s'immergeant.
- ON PORTE TOUJOURS SUR SOI SON GILET DE FLOTTAISON ! Même que vous soyez un kayakiste aguerri, que vous naviguiez sur des rivières/eaux calmes ou peu profondes ou en bord de plage. Toute personne sur l'embarcation doit l'avoir mis et correctement fermé.
- On porte toujours des chaussures type nautiques anti-dérapantes et fermées.
- Soyez toujours prêt au cas où le canoë dessale/chavire ! En cas de dessalage on garde toujours le contact avec son bateau et ses pagaies, si on avait à choisir, on garderait le contact en priorité avec le bateau.
- On ne se met jamais debout en navigation.
- Tant que le bateau n'est pas sorti de l'eau, posé de manière stable et sans possibilité de reglisser vers l'eau (retourné par exemple), on maintient le contact par une des poignées de portage.
- On arrime toujours tout sur le bateau (rames, sacs, accessoires, ...). En cas d'utilisation de leashs, et de coincements penser rapidement à les détacher, tout leash doit être largable.
- On place tout ce qui est sensible à l'eau (portefeuilles, clés, téléphones, ...) dans les sacs étanches correctement fermés et arrimés au bateau.
- Si on fait une pause au milieu de l'eau, si on n'utilise pas de leashs pour les pagaies on les arrime, et on surveille sa dérive.
- Si le bateau ne compte qu'un seul rameur, on prend toujours une pagaie de secours.
- On part toujours dans le sens aval->amont, càd remonter le courant, sauf si on a une possibilité de se faire suivre/ramener par un véhicule en fin de parcours ou qu'on embarque avec soi un vélo pour aller chercher ultérieurement la voiture ou qu'on a accès a un transport en commun/navettes de loueurs ou encore faire du stop. Si le sens du parcours est amont->aval, çàd descendre le courant, il faut vérifier le courant : on se laisse descendre quelques dizaines de mètres en arrière (ou on fait un demi-tour), puis on teste la remontée du courant sur cette distance. Attention, à certains points, des "rapides" (accélérations de courant) peuvent se former et être très durs à remonter à contre courant, en cas d'impossibilité on sortira le bateau sur la berge et on passera la difficulté. En mer, on part toujours face au vent pour revenir sans forcer si le vent s'est levé pendant votre balade.
- On ne met jamais l'embarcation en travers du courant si celui est fort ("rapides" / vaguelettes / vagues), on tente toujours de maintenir le nez (proue) ou l'arrière (poupe) parallèle à celui-ci.
- On évite tout obstacle flottant (amas, branches et autres), et tout haut-fond ou pierres pouvant toucher/frotter la coque du bateau. Dans le cas de hauts-fonds on sortira du bateau pour le tracter. Attention : même les SOTs peuvent couler si la coque est percée ...
- On choisit des caps pour naviguer où l'eau est la plus profonde dans le cas de niveaux d'eau peu profonds.
- On ne s'engage pas sous un édifice bas sans être sûr qu'au minimum allongé dans le canoë on passe en hauteur. Attention aussi que dans le sens de la remontée du courant vous ne pourrez pas y pagayer ... si l'ouvrage est bas et trop long, à contre courant vous n'arriverez plus à le franchir même avec de l'élan.
- En cas de branches hautes/tombantes et autres obstacles arrivant sur vous, protégez-vous en vous baissant le plus possible en avant dans le bateau et protégez votre tête en vous abritant derrière les pagaies que vous tendrez horizontalement devant vous.
- Plus il y a de remous moins il y a d'eau ...
- On ne navigue jamais en période de crues.
- On porte un casque dès qu'on navigue en eaux vives (dès la classe II).
- On ne tente pas de dépasser/frôler les charges maximums communiquées des embarcations ...
- On ne boit pas l'eau des endroits où on navigue et on respecte les zones/arrêtés de baignades interdites.
- On vérifie toujours au sol avant la mise à l'eau que les bouchons et autres dispositifs de vidange sont bien fermés.
- On ne navigue jamais seul(e) en mer ou en eaux vives. Il faut toujours que quelqu'un à terre soit prévenu de votre navigation et du lieu de celle-ci.
- Il est interdit de pénétrer dans des propriétés privées sans autorisation même pour des portages.
- Avoir en votre possession un sifflet de secours pour pouvoir attirer l'attention facilement en cas de besoin.
- Pour les bateaux non auto-videurs, on prend toujours à bord une écope.
- Pour les bateaux gonflables, on prend toujours à bord une pompe à air et des rustines. On veille toujours à ne pas laisser le bateau exposé au soleil lorsqu'il est hors de l'eau.
- Connaître les dangers liés à la pratique de ce sport >> Les dangers du Canoë-Kayak.




Technique : Schéma/vocabulaire embarcations


Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux





Technique : Charger un canoë long ou lourd sur son toit


Sur place, nous vous monterons toute la technique pour charger en sécurité votre kayak à deux. Ci-dessous des photos, vidéos et liens pour charger son CK seul.

On ne va pas aborder toute la partie avec des accessoires onéreux ou via chariot, mais plutôt la technique de la serviette (on peut avoir plus d'efficacité/sécurité/confort avec des tapis de voiture ou de bain avec revêtement caoutchouc anti-dérapant en dessous et surface douce/glissante, voir ci-dessous) :
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux



Légère variante : coussin par le côté


Chariot + serviette
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux

Tapis
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux

>> Le très bon tapis protecteur Thule Waterslide Kayak (839/854) est d'ailleurs parfait pour cela (à retrouver ici, ou ici, ou ici )
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


A deux







Technique : Equilibrage poids embarcations sur vos toits


Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux - cliquez pour agrandir
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux





Technique : Équilibrage bateau


Pour être efficace, on essaye au maximum d'obtenir une ligne de flottaison (assiette) droite sur l'eau, des lignes de niveaux sont repérées sur nos kayaks pour vous aider à vérifier/trouver cet équilibre.
Vous pouvez vous aider pour cela de votre position assise selon les bateaux et surtout en répartissant les charges que vous transportez au mieux.

En canoë kayak biplace on a pour habitude de mettre la personne la plus lourde à l'arrière, car même si on n'arrive pas à équilibrer le bateau, il vaut mieux ce type d'assiette qu'une proue plongeante (l'avant) qui restreint la manoeuvrabilité et peut enfourner.
En cas d'équilibre "parfait" sur l'eau, la personne la plus expérimentée se met en général à l'arrière; un autre choix peut être la puissance : la personne la plus puissante va à l'avant.
Le kayak est propulsé vers l'avant dans une large mesure de la partie arrière, c'est donc la personne à l'arrière qui va gérer en grande partie de la direction du kayak.

Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux





Technique : Peut-on seul(e) naviguer en kayak multi-places ? Ou un adulte avec des enfants en bas âge ne participant pas à la rame ?


Et oui ! Certes c'est plus sportif mais c'est jouable. On veillera par contre à bien respecter l'équilibre du bateau sur l'eau, cf. ci-dessus, et dans ce cadre en solo se mettre le plus possible en position centrale.



Technique/Choix : Des embarcations monos ou une multi-places ?


La question se pose particulièrement à l'achat, car sans certitudes de pouvoir toujours naviguer à plusieurs on a de forts risques de se retrouver seul(e) sur une embarcation plus lourde, plus longue avec plus de prise au vent et moins manœuvrable qu'une embarcation mono. Etre seul(e) sur une embarcation mutli est largement faisable mais pas forcément agréable ...
Après, plusieurs monos ou un multi ? Et bien le plus convivial et sécuritaire reste d'embarquer un maximum de personnes sur une seule embarcation. Vous pourrez communiquer aisément, certains rameurs pourront se reposer pendant que d'autres prendront le relais ou jetteront l'éponge (enfants en particulier), il y a en général plus de place à bord, les portages sont plus simples, les embarquements/débarquements sont en général plus simples du fait qu'une personne peut toujours tenir le bateau, un équipage synchronisé avancera plus rapidement qu'une embarcation mono, pas besoin de s'attendre/avoir la pression pour se suivre comme en mono, une personne de niveau confirmé peut tout à fait faire équipe avec une personne débutante sans avoir besoin de former longuement celle-ci (la personne plus expérimentée se placera à l'arrière si une bonne assiette du bateau est possible ainsi), enfin en cas de blessure/fatigue/stress un rameur pourra ramener l'embarcation et la personne sans avoir de soucis de remorquages ou autres.
Attention toutefois : en eaux vives, la convivialité du multiplace sera là mais fera une embarcation plus compliquée à maintenir à flot, les chances de dessaler seront bien plus importantes !!
Si vous avez le même niveau de pratique/d’endurance, une entente fragile ou une petite envie de compétition, deux monoplaces conviendront parfaitement.



Technique : Pagayer / gérer ses caps


Pour un bon coup de pagaie, une des règles de base reste d'être bien calé dans le bateau au niveau de vos fesses/dos, vous devez être solidaire de celui-ci via les dossiers moulés, dos droit légèrement incliné vers l'avant, genoux sont plaqués contre les parois du kayak et les pieds doivent être bien calés en appui dans les cales. Le cale pied est essentiel pour transmettre la force que vous mettez sur votre pagaie pendant son passage dans l’eau et permet de contrôler le gîte.
Avec des pagaies doubles on garde les mains symétriques sur la pagaie, l'écartement des mains conseillé et légèrement plus large que celui de vos épaules (un peu plus que ses bras tendus parallèles devant soi), on peut s'aider des repères de celle-ci pour retrouver facilement sa position.
Avec des pagaies simples on attrape la pagaie d’une main sur le haut (l'olive) et on place l’autre main une trentaine de centimètres plus bas. Pour quelqu'un qui pagaie à droite : la main gauche tient le haut de la pagaie par le dessus du pommeau et non sur le manche en-dessous du pommeau. Le gaucher inversera les mains.

Geste : on plante la pagaie dans l’eau verticalement loin devant soit bras tendus, prêt du bateau, jusqu'au haut de la pale de la pagaie ("lame", partie qui propulse juste sous le manche, il n'est pas utile ni conseillé d'immerger une partie du manche), puis la pagaie perpendiculaire immergée on tire vers l'arrière parallèlement et prêt de la coque du bateau jusqu'à la ressortir derrière nous une fois que celle-ci dépasse nos hanches (rien ne sert d'aller trop en arrière) et on repart la plonger à nouveau.
En eaux peu profondes, on effectuera un mouvement plus horizontal à raz de l'eau en ne cherchant plus une verticalité proche de la coque.
Lorsqu'on pagaie à gauche, le bateau va à droite, et vice-versa, pour garder un cap droit, on pagaye donc un à trois coups à gauche puis un à trois coups à droite en maintenant le même rythme et la même force.

Pagayer correctement c'est utiliser tout son corps. Les points de contact : bassin via le bas du dos, genoux et pieds devenant ainsi des transmetteurs d'énergie et capteurs d'informations. Bien penser à pagayer avec les épaules (rotation du tronc). Essayez de peu plier les coudes et de casser le moins possible les poignets.
Faites attention votre position pendant que vous pagayez : vous devez vous lancer le plus loin possible sans bouger de votre siège ou sans trop vous pencher en avant (cela pourrait vous faire perdre l’équilibre).
Pour s'économiser en énergie et être plus efficace, on plante la pagaie dans l'eau la lame parallèle au bateau devant nous, puis on la tourne perpendiculaire au bateau pour pouvoir exercer notre traction, et une fois les hanches dépassées on la remet parallèle au bateau pour la ressortir et la replanter en avant au prochain geste.

En duo, c'est le pagayeur avant qui insuffle le rythme, celui à l'arrière reproduit ses gestes du même côté au même rythme. On note aussi qu'une autre technique consiste à ce que le kayakeur arrière s'occupe de diriger l’embarcation tandis que le rameur de proue pagaie normalement à rythme fixe.
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


Pour tourner : il suffit de pagayer que d'un côté, ou pour être plus efficace de pagayer en J ou encore faire un balayage arrière :
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux

Tourner en duo : le passager arrière rame en sens inverse du côté où il veut faire tourner le kayak pendant que le passager avant arrête de ramer (virage en pivot rapide à l'arrêt) ou ne rame que du côté opposé au virage pendant que le passager avant continue de ramer (vitesse conservée mais virage plus lent.

Marche arrière ?? Et oui ça existe, il suffit d'inverser les mouvements, on appelle ça la rétropropulsion (marche avant = propulsion).
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


On peut aussi faire des mouvements latéraux en effectuant des mouvements perpendiculaires au bateau, ça reste long mais peut être pratique dans certains cas.
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


* Pour aller plus loin : la cavitation. Assez souvent on parle de cavitation lorsque la pale plonge dans l'eau, et que des bulles apparaissent. On effectue un mélange air-eau préjudiciable à long terme sur notre rendement global. Comment y remédier ? Par de multiples essais qui permettent de trouver le bon angle d'attaque et la bonne vitesse. En résumé, si nous faisons du bruit en plongeant notre pagaie c'est que nous avons encore des progrès à faire.

Le kayak en duo requiert beaucoup de patience pour être efficace, du travail d’équipe, de coordination, de dédication et d’entraînement.


>> Je vous encourage pour aller plus loin à visionner les vidéos d'Alexandre Gerussi, regroupées sur notre playliste YT ici.



Technique : Remonter au courant en rivière


Comme vous n'aurez pas toujours de solution pour venir vous chercher en fin de descente, vous aurez très certainement à un moment ou un autre à remonter le courant (sens aval->amont). La bonne nouvelle c'est que dans la plupart des rivières de la région Ile de France c'est tout à fait possible même en étant débutant. Rappel : dans les régles de sécurité il est bien indiqué de toujours tester la remontée au courant avant de s'engager dans le sens descendant ... La remontée d'une rivière ne peut se faire qu'à concurrence de la capacité à avancer plus vite que le courant ne descend ...
Selon les débits, vous n'arriverez pas toujours à re-remonter un courant que pourtant vous aviez déjà réussi à passer. Le courant dans une rivière n'est pas uniforme, vous aurez toujours des passages plus compliqués.

Attitude vis-à-vis du courant : chercher où ça passe le mieux !
Maintenir toujours un cap parallèle au courant.
On longe de préférence les rives où le courant est moins fort qu'au milieu de la rivière.
L'eau court moins vite à l'intérieur des virages.
L'eau remonte dans le sens inverse en aval d'un obstacle, càd que vous aurez un abri au courant, donc ne pas hésiter à viser directement en ligne droite parallèle au courant sur les obstacles en travers du courant puis vous re-décaler dans le courant juste au moment de les franchir.
Il faut savoir effectuer un bac : action qui consiste à traverser perpendiculairement le courant (comme un bac traversier) et qui permet d'aller chercher éventuellement des endroits plus favorables. Il faut faire face au courant et prendre un léger angle avec celui-ci (et gîter à contre), la traversée se fait sans effort si l'on ajoute un peu de poussée vers l'avant.
Si vous n'arrivez plus à avancer, ne pas hésiter à sortir du bateau si on a pied pour le tirer (notamment sur les hauts-fonds) ou faire des portages le long des berges.

>> Je vous encourage pour aller plus loin à visionner les vidéos d'Alexandre Gerussi, regroupées sur notre playliste YT ici.



Technique : Entrer/Sortir dans une embarcation fermée/pontée


Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux






Technique : Embarquer dans un SOT/Canoë depuis un ponton








Technique : Re-rentrer dans son embarcation SOT si on a dessalé


!! Attention ces méthodes s'appliquent en eaux calmes sans courant ou en mer. En rivière avec courant, on maintiendra le contact avec le bateau en le mettant devant soi dans le sens du courant et on nagera (sur le dos pieds en avant) de façon à diriger celui-ci vers les berges ou vers une zone où on a pied, de là on embarquera normalement !!

Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux







Conseils : Que faut-il embarquer avec vous ?


- De l'eau pour boire !! Dès qu'on part plus d'une heure, et à manger pour les sorties de plus de 3h.
- Des casques de kayak en eau vive dès les rivières de classe II (voir sur Amazon Ebay LeBonCoin).
- Une casquette ou un chapeau si le temps est ensoleillé ou pluvieux.
- Un K-Way/une vareuse si le temps est pluvieux.
- Des chaussures nautiques en rivière pour pouvoir marcher sur le fond et les berges sans se blesser (voir sur Amazon Ebay LeBonCoin). A défaut, de vielles tennis/baskets.
- Des cordons pour vos lunettes si vous en portez.
- Un téléphone portable en cas de soucis (à placer dans une pochette étanche elle-même dans un sac étanche).
- De quoi vous sécher et des affaires sèches pour votre retour en voiture.
- Un répulsif moustiques.



Conseils : Tenues conseillées ?


Des tenues mouillables ! Ne partez pas en canoë kayak en espérant être totalement sec ! Donc plutôt des matières synthétiques qui se gorgent moins d’eau et sèchent vite.
Du plus froid au plus chaud (ne pas oublier que vous aurez aussi les lycras fournis qui garderont au sec vos hauts en faisant déferler l'eau des éclaboussures + les gilets de flottaison) :
- Combinaisons/LongJohn (avec maillot en dessous) ou pulls/pantalons thermiques, kways ou vareuses ou manteaux marins, gants nautiques, bottillons nautiques fermées.
- Joggings/Shortys (avec maillot en dessous), pulls/T-shirts manches longues, kways ou vareuses, chaussures nautiques.
- Maillots shorts, T-shirts, casquette/chapeau, chaussures nautiques ouvertes et crème solaire.
- De quoi vous sécher et des affaires sèches pour votre retour en voiture.



Technique/Choix : Pagaies simple (mono, plutôt en canoë) ou double (bi, plutôt en kayak, en mer) ? Démontables ? Poids ?


- La règle de base est : pagaie double pour un kayak où l'on est assis au raz de l'eau et pagaie simple pour un canoë où l'on est à genou en position plus haute.
- Toutefois, une pagaie simple sera plus efficace dans des espaces restreints (en hauteur particulièrement, grottes, ouvrages bas, ...) et bien moins mouillante.
Les pagaies doubles sont la plupart du temps "croisées" (asymétriques d'un angle de 45 à 90°), cela vient principalement des randonnées (surtout en mer) => ça permet d'éviter une prise de vent par la pale qui est en dehors de l'eau en vent de face/dos. Ce croisement est aussi utile pour certaines manœuvres en rivière. Les inuits utilisaient eux des pagaies doubles "droites".
Pagaie démontables : plus vous aurez de parties sur votre pagaie, moins celle-ci sera robuste, précise et durable.
Pour préserver tendons et articulations, il faut éviter les pagaies au poids élevé (>1 kg).



Technique/Choix : Quelle taille de pagaie prendre ?


Pagaie double : en kayak et SOT, on commencera par une pagaie dont la taille sera sensiblement la hauteur de votre bras tendu en l’air doigts pliés. En canoë on augmentera cette mesure d'une vingtaine de centimètres.
Pagaie simple : ici en canoë, pour une première pagaie, on posera la pagaie sur le sol droite devant soi et le haut de la poignée (olive) doit arriver à la hauteur de votre menton moins un "poing" (10cm). En kayak/SOT on diminuera cette mesure d'une vingtaine de centimètres.
-> Dans le cas d'embarcations larges (+ de 75cm, SOTs/KGs/...), on ajoutera 5/10cm à ces mesures relevées.

Mais il faut pondérer tout ça selon le style de pagayage (angle haut ou bas), la largeur du kayak, hauteur assis et bien sûr le type de pratique (rivière = plus courtes, mer, randonnée, surf, freestyle, slalom, ...).
Au final apporter une réponse rapide et exacte à la question "quelle taille exacte de pagaie me faut-il", relève du miracle, il faut essayer différentes tailles et voir avec lesquelles on se sent le mieux (immersion totale pale et confort dans le geste).

-> Lien qui peut vous aider à trouver votre taille.



Technique/Choix : Quelle forme de pagaie/pale prendre ?


Les pales (lames, partie plate au bout de la pagaie qui sert à propulser/avancer) des pagaies de rivière sont courtes et larges pour fournir plus de puissance. Alors que les pales de randonnée nautique (mer entre autre) sont plus longues et plus étroites, afin de permettre de ramer dans la durée (endurance).



Technique : Repérer une fuite sur une embarcation gonflable


Dans le cas d’un petit trou, pas toujours évident de repérer une fuite. Si à l'oreille, bateau gonflé vous n'arrivez pas à localiser la fuite, une technique consiste à utiliser une éponge ou un pulvérisateur et de l’eau savonneuse (eau tiède et liquide vaisselle/bain moussant le tout bien mélangé) : gonflez le bateau puis passez l’éponge sur l'embarcation, à l’endroit où des bulles se forment vous trouverez le trou.







Culture : D’où viennent les Canoës & Kayaks ? SOT et CG/KG ?


Le canoë vient des indiens il était utilisé pour le transport et a donc avec des bords hauts alors que le kayak vient des esquimaux inuits où il était utilisé plutôt pour la chasse et se devait d'être discret et rapide.

Le kayak : on est assis les jambes allongées en avant avec une pagaie double (deux pales en général croisées). Le kayak est dans la majorité des cas une embarcation fermée (pontée) : les jambes sont à l’intérieur et une jupe ferme l’embarcation afin que l’eau n’y rentre pas. Les plus effilés et efficaces sur l'eau sont très techniques. Abréviation "K" + nombre de places : K2 = Kayak 2 places, pratiquant = kayakiste.
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


Le canoë : on est à genoux ou assis position haute les fesses en appui sur un banc ou un pouf avec une pagaie simple => le Centre de Gravité est bien plus haut que sur les kayaks. Le canoë est dans la majorité des cas une embarcation ouverte. Abréviation "C" + nombre de places : C1 = Canoé 1 place, pratiquant = canoëiste ou canoéiste ou céiste.
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


Les kayaks sont le plus fréquemment monoplaces alors que les canoës monoplaces plus difficiles à diriger, restent des bateaux d’habitués.

Les Sit-On-Top (SOT aka "assis dessus") eux sont des flotteurs larges sur lesquels on s'assied assez bas les jambes en avant, ce qui les assimile plutôt à des kayaks d'où en général l'appellation "Canoë-Kayak". Ils ont l'avantage d'être accessibles à tous dès le 1er jour car peu techniques, rassurants et stables. Ils ne nécessitent pas comme les pontés des stages en club. Par contre ils restent plus lents que des vrais Kayaks / Canoës.
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


Dans les trois cas, il est possible d'avoir des embarcations de deux, trois voire jusqu'à vingt places !! En rivière, on peut utiliser des bateaux ouverts jusqu’à la classe III.

Vous verrez aussi parler de "KG" et "CG" pour les versions gonflables => Kayak Gonflable et Canoë Gonflable. Les modèles actuels commencent à être matures en terme de glisse et résistance au chocs tout en permettant des facilités de transport/stockage (leur vrai seul avantage). En terme de vitesse, ils n'égalent pas encore les versions rigides et possèdent de larges prises au vent qui les rendent pénibles dès que le vent se lève (surtout en mer).
Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux


Au final, le terme de "Canoë-Kayak" désigne en fait la discipline qui fait partie des Activités Physiques de Pleine Nature (APPN) sur ces différentes embarcations.



Technique/Choix : Quelle forme de coque de canoë kayak pour quelle utilisation ?


Principes de base :
- En mer, pour résister à la dérive on prend des embarcations quillées (coque en forme de V) ou on adjoint des dérives/gouvernails. De même, en mer, vis-à-vis du vent, on prend des embarcations basses avec un petit franc-bord (hauteur entre l'eau et le pont), longues et fines. La longueur permettant aussi de mieux affronter le clapot et les vagues. Le "V" avant sert lui à faciliter l'entrée dans les vagues et écarter l'eau sur les côtés.
- En eaux-vives on va chercher plutôt des embarcations à fonds plats (coque en forme de U / "plates" ou "rondes") pour pouvoir s'extraire du courant. Ici les embarcations hautes ne gênent pas vraiment et permettent moins de rentrées d'eau.
- En eaux calmes et plans d'eau : on prend plutôt des embarcations quillées qui seront plus directives et confortables en navigation. Attention toutefois aux remontées de rivières "calmes" où une embarcation quillée pourra être plus pénible à diriger à contre-courant.

"quillé" : carène longue quillée sur l'arrière, étraves en forme de V.
Un bateau à fond plat est toujours plus stable mais avance toujours moins facilement/bien qu'un bateau quillé, ce qui ne gêne pas en rivière car la plupart du temps ce n'est que de la descente poussé par le courant.
Les embarcations longues et fines permettent d'obtenir la meilleure vitesse. Plus une embarcation est longue, moins elle est manoeuvrable.
"kmer" ou "cmer" => kayak de mer, canoë de mer.

Et les gonflables ??
Eux, de part leur petit poids, leur hauteur de franc-bord et leurs coques rarement quillées, ils ne sont pas spécialement conseillés en mer (surtout que si on les utilise en mer il faut faire des rinçages soigneux), ou alors par vent très calme et avec l'adjonction de dérives/gouvernails.
Et le problème c'est qu'en rivière, arrive le problème de leur fragilité vis-à-vis des crevaisons (sur pierres, contre obstacles/branches/...), avec toutefois une résistance accrue à ces soucis avec les CG/KG renforcés avec une toile sous la coque.

Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux





Culture : Comment fabrique t'on les kayaks ?








Culture : Les 3 environnements de pratique du kayak


- Les eaux calmes/mortes,
- Les eaux vives/fortes,
- La mer.



Culture : Auto-videur ?


Les modèles Autovideurs, sont des embarcations qui ont la capacité d'évacuer elles-mêmes l'eau qui rentre à leur bord. En général ce sont des puits auto-videurs perforés à même la coque, conséquence : plus le bateau est chargé, plus il y a d'eau dans son fond. La plupart des SOTs en sont munis.



Culture : Progression et certification des niveaux de pratique FFCK


Les couleurs de pagaies de la Fédération Française de Canoë-Kayak.



Loi : Points réglementation car nul n'est censé ignorer la loi


Article L214-12 du Code de l’Environnement : « En l’absence de schéma d’aménagement et de gestion des eaux approuvé, la circulation sur les cours d’eau des engins nautiques de loisir non motorisés s’effectue librement dans le respect des lois et règlements de police et des droits des riverains » . Les préfets (et eux seuls) peuvent prendre des arrêtés pour mettre en place des règlements particuliers de police ; pour connaître les règlements existants dans votre département, les services préfectoraux sont à votre disposition pour tout renseignement.

Réglementations eaux intérieures et mer lien 1, lien 2, lien 3.
>> On a le droit de naviguer en canoë ou kayak sur toutes les rivières sauf si un arrêté préfectoral l'interdit => les arrêtés municipaux n'ont pas autorité en la matière.



Loi : Code du sport


Code du sport / sécurité FCK.



Fun de fin : Jeu avec les vagues en mer


Kayak Alex : le guide des informations utiles pour vous lancer dans notre discipline et louer tranquillement vos bateaux





Kayak Alex votre loueur de Canoës Kayaks à Dourdan  Boite à outils (liens, tutoriaux, astuces, ...) pour les propriétaires de Canoë-Kayaks  Kayak Alex votre loueur de Canoés Kayak dans le 91




©Kayak'Alex (KA) - 2018 - 91
Kayak Alex (www.kayak.newocx.com) - Votre site d'infos, spots et locations de Canoë Kayaks à Dourdan